MOTIVER PAR LA « CAROTTE »

etg.jpg

Je retiens aujourd’hui, un article paru dans l’Equipe, concernant Evian Thonon Gaillard, club de football de ligue 1. Cet article concerne le sujet de la motivation.

A l’initiative de l’entraîneur, cet article nous révèle que le groupe a scellé un pacte, dont les détails sont affichés dans le vestiaire. Si l’ETG atteint la trêve avec moins de 20 points, la reprise aura lieu le 29 décembre. S’il bute entre 20 et 22 points, ce sera le 30 décembre et, à partir de 23 points, le… 2 janvier. Un joueur commente : « Si on veut des vacances en plus ou en moins, on sait ce qu’il nous reste à faire ». Il leur reste à quoi faire… A gagner ? Pourquoi ne l’ont-ils pas fait avant ? Mais au fait, comment vont-ils faire… Ils vont être ultra motivés ? Pourquoi ne le sont-ils pas tout le temps ?

Il faut donc donner des vacances supplémentaires pour que les joueurs soient motivés ! Ce type de motivation est appelé la motivation extrinsèque. C’est une motivation fournie par l’extérieure. Elle fonctionne comme punition ou récompense.

C’est un type de motivation qui fonctionne, mais à court terme. Sinon, il faut sans arrêt augmenter « les récompenses » ou « les punitions ». En terme de régularité, c’est-à-dire de haut niveau, cela ne fonctionne pas. Je suis donc curieux de voir s’ils atteignent l’objectif de 23 points, comment vont-ils se comporter en janvier ? L’entraîneur à intérêt à retrouver des challenges externes ! Peut être de l’argent ?

Ce type de motivation est souvent utilisé quand on ne sait plus quoi faire ! Chers entraîneurs et managers, soyez clairs sur vos conceptions et attentes, techniques et tactiques (individuels et collectifs). Ensuite, utilisez les leviers de motivations basiques, et terriblement efficaces en termes de régularité : la reconnaissance, la valorisation et le recadrage.

Affaire à suivre…

Photo :