L’OPEN SPACE DIMINUE LES PERFORMANCES

4EVER.jpg

Selon un article paru sur le site numérique, Slate.fr, daté du 9 janvier dernier, l’open space (bureaux ouverts) contribue à générer plus de stress et moins d’efficacité au travail.

Dans le New Yorker, Maria Konnikova nous dit : «Alors que l’open space a été à l’origine conçu par une équipe de Hambourg dans les années 90 pour faciliter la communication et la circulation d’idées, un nombre croissant de preuves suggère qu’il sape ce qu’il était précisément censé améliorer.»

Sur Slate.fr, Jean-Laurent Cassely, nous relate ceci : «  Les études sur la santé, le bien-être, la créativité et la productivité au travail et en open space sont innombrables, et le psychologue Matthew Davis a compilé en 2011 les résultats de plus de cent d’entre elles. Sur ces différents plans, l’organisation ouverte semble ne pas tenir ses promesses. En comparaison avec les autres salariés, ceux qui évoluent en open space ont un niveau de stress plus élevé, et de moindres niveaux de concentration et de motivation.

C’est tout simplement le bruit, écrit l’auteur, qui serait la cause principale de ces problèmes. Une étude de l’université de Cornell datant de 2000 montrait déjà que les salariés soumis à de tels environnements sonore étaient plus stressés, moins motivés et moins créatifs. »

L’environnement de travail est donc fondamental dans l’efficacité des individus. Dans ce cas présent, l’auteur nous indique que le bruit est source de perturbation. Je rajouterai également l’incertitude.

Le mental est la gestion de l’incertitude. Plus vous êtes en situation d’incertitude, plus êtes « fragile » mentalement. L’open space ouvre la porte à de multiples incertitudes possibles, en fonction des personnalités de chacun. Une multitude de questions peuvent se poser dans ce genre d’environnement :

–       Qu’est ce que les autres vont penser de moi si je passe un appel privé ?

–       Si vous faites de la prise de rendez-vous, vous pouvez hésiter à employer certains termes ou expressions

–       Si vous changez de « niveau sonore », en fonction des interlocuteurs, vous pouvez mettre des doutes chez vos voisins. « Pour quelles raisons, il parle doucement ? » Etc. Etc.

Ces questions ou ces doutes peuvent vous paraitre futiles, mais c’est le quotidien des groupes. Des gestes, des paroles, des comportements… Tout peut être sujet à interprétations et questions.

L’open space favorise ce climat de question, d’interrogation voir de suspicion. Qui dit question non résolue, dit zone d’ombre, dit situation potentiellement stressante.

Faîtes en sorte de tuer les zones d’ombres dans vos équipes. Il y a de multiples sources d’incertitudes au quotidien, alors n’en rajoutez pas avec l’open space. Cela ne vous empêchera pas, par ailleurs, de créer des situations qui favorisent le partage d’informations et la cohésion.

GS

Photo : http://www.equinoxe-mobilier.com/mobilier-open-space.htm