L’ARME DU BLUFF…

michdej.jpg

Nous pouvons lire un article très intéressant aujourd’hui dans l’Equipe, sur le sujet du bluff. Le mental est la gestion de l’incertitude. Si vous voulez devenir « fort mentalement », vous devez donc vous créer des certitudes « factuelles », sur vous, vos objectifs, votre manière de vous préparer…

Si vous voulez fragiliser vos adversaires, vous devez donc les mettre dans l’incertitude. Le bluff est un formidable outil pour déstabiliser vos adversaires, donc les rendre  » faible  » mentalement…

Voici quelques exemples de bluff, qui conduisent les adversaires dans le doute, donc dans l’incertitude :

Lors du Championnat du Monde à la perche, en 2009, c’est Steve HOOKER qui fut sacré. Romain MESNIL raconte : « Le bluff, c’est réussir à atteindre psychologiquement son adversaire en détournant son esprit du scénario classique. Lorsqu’il a échoué à 5,85m, je me suis dit: c’est bon, je suis quasiment champion du monde… Et quand il a passé 5,90m ça m’a mis un coup, ça m’a fait sortir de mon concours. Il avait maximisé sa blessure dans les médias, il disait qu’il pensait être capable de ne faire qu’un saut, et il en a fait deux ! ».

En 2009, quand Mickaël LANDREAU, perturbe RONALDINHO, en restant près de son poteau droit sur un penalty. Le Brésilien, comme aimanté, lui avait tiré dessus. « Je sentais que c’était un joueur de défi, se souvient LANDREAU, j’ai voulu l’amener à penser que j’allais plonger vers le côté opposé, où il tirait dans 95% des cas. Et il a fait ce que j’attendais, il a changé sa façon de tirer ».

Voici quelques exemples provenant de Michel DESJOYEAUX : « Le bluff commence dès la construction du bateau. Soit on fait croire qu’on a fait quelque chose d’extraordinaire, soit qu’on n’a pas optimisé du tout, pour endormir la concurrence. Nous, on n’a jamais donné le vrai poids de nos bateaux, parce que c’est un élément déterminant de la performance ».  » Sur le Vendée 2000-2001, l’une de mes concurrentes directes (Ellen MAC ARTHUR) disait toujours quand elle cassait des voiles, et jamais quand elle les réparait. On a mis très longtemps à se rendre compte qu’elle nous racontait des conneries, qu’elle faisait du catastrophisme ». « Quand mon moteur qui fournit de l’énergie à bord ne démarrait plus, je l’ai caché pendant plusieurs jours ». Etc.

Le bluff est encore un exemple où, penser au résultat final, avant ou pendant l’action est une perte de temps. Il y a tellement de chose à faire pour maximiser ses résultats. De plus, plus vous serez dans l’action, et non dans  » l’angoisse  » de l’anticipation du résultat, moins vous serez sujet au bluff. Donc moins vos adversaires auront d’emprise sur vous… Bon WE

Photo : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Michel_Desjoyeaux_VG2012.jpg